Transport velo remorque

La détanque aime la transparence !

Vous trouverez ci-dessous des informations données bien trop rarement par les dirigeants d’une société. Pour moi, la pédagogie et la clarté de l’information sont plus importants que le reste, donc je vous livre tout ou presque. Bonne lecture !




  • Revenons aux débuts : comment le jeu est-il fabriqué ?

    Pour savoir exactement quels artisans font quoi, allez visiter d’abord cette page.
    Rémi, votre serviteur et créateur du jeu, s’occupe de tout le reste (y compris la rédaction de cette page !).
    Une fois les jeux assemblés à Oyonnax, je vais les récupérer moi même sur place. Je fais le trajet depuis Grenoble, là où je suis basé. Je profite toujours de ce déplacement pour faire d’autres choses et éco-conduire, conformément à mes valeurs. Les jeux sont alors stockés dans un petit garage que je loue sur Grenoble. Pas d’immense entrepôt ou de sous traitance !

    Stock dans fourgon
  • Combien de jeux produits annuellement ?

    La capacité actuelle des artisans permet aujourd’hui de produire environ 3000 jeux par an (2/3 de grands et 1/3 de petits). Cela représente tout de même 39000 dés et 234000 faces à marquer ! La limite à la production actuelle est le marquage des dés qui est fait manuellement, face par face. Rendez-vous compte, le rythme de marquage actuel est d’environ 1000 faces par jour ouvrable, sachant que l’entreprise en charge de marquer les dés ne fait pas que ça !

    Produire plus serait sans doute possible mais aurait des inconvénients incompatibles avec mes valeurs :

    • le travail des artisans serait injustement rémunéré et produit à perte,
    • produire plus de jeux engendrerait plus de frais en aval (logistique, stockage, conditionnement, plus de main d’oeuvre),
    • à temps passé et revenu égal, il faudrait passer en mode “industriel” au niveau humain et logistique.

    L’objectif est donc de garder cette capacité de production annuelle et d’en tirer un revenu minimal sans occuper 100 % de mon temps (voir plus loin pour le rapport argent/temps). Sur une planète aux ressources limitées, il est important de savoir se fixer des limites. Autrement dit, mon leitmotiv est produire “peu” mais bien !

     

  • Ensuite, comment le jeu est-il distribué ?

    Une fois au chaud dans le garage, les jeux ont trois destins possibles.

    Garage atelier

    – La vente directe sur des évènements

    C’est en décembre 2016 que j’ai vendu mes premiers jeux en direct. Depuis, je participe toujours à des évènements (moins en 2020, Covid-19 oblige…). Ces moments privilégiés sont l’occasion de se croiser et discuter avec vous !

    – La vente directe sur le présent site internet

    J’ai ensuite commencé à vendre le jeu sur ma propre boutique en ligne à partir de novembre 2017. J’ai créé et gère moi même le présent site internet. Quand vous passez commande ici, je prépare les colis depuis mon garage. Dans 95 % du temps, je les achemine ensuite à vélo dans un relais de proximité. Il suit enfin sa route jusqu’à chez vous ! Encore une fois, pas de sous traitance, de grand entrepôt ou de dropshipping : tout est fait “maison” et avec beaucoup de soin.

    – La vente en magasins spécialisés

    Enfin, depuis le printemps 2018 vous pouvez trouver la détanque dans un réseau de revendeurs professionnels.
    Pour avoir le droit de revendre la détanque, le demandeur professionnel doit être inscrit au registre du commerce et des sociétés. Il faut ensuite qu’il ait une activité qui corresponde à la détanque : magasin de jeux, de produits éthiques et/ou made in france, etc. Enfin, il est indispensable que le professionnel vende dans une enseigne physique. Si ces termes conviennent, il accepte les conditions de vente “pro” et peut acheter des jeux avec une remise. Par équité, tous les magasins bénéficient de la même remise, indépendante des quantités commandées.
    Garant d’une relation de proximité, je suis en lien direct avec chaque professionnel revendeur, sans distributeur intermédiaire. Tout comme les commandes en ligne c’est moi qui prépare les colis pour ces revendeurs, toujours depuis mon garage.

    Transport velo remorque
  • Quelle répartition entre les trois modes de distribution ?

    Principalement par voie directe en 2017 et 2018, la vente des jeux s’est orientée progressivement vers le réseau de magasins spécialisés. Le nombre de partenaires est en effet passé de 0 à 150 entre mi 2018 et fin 2020.
    La répartition cible des 3 000 jeux est donc la suivante :
    – 15 % pour la vente directe (évènements + boutique en ligne)
    – 85 % pour les revendeurs

  • Pour quel revenu ?

    Compte tenu des charges courantes de l’entreprise et des cotisations sociales (payées fièrement en France pour le service public français !), la vente annuelle de 3000 jeux répartis comme ci-dessus permet (quand tout va bien !) de dégager un revenu net cible d’environ 700 € par mois.

    Est-ce peu ? Est-ce beaucoup ? Tout dépend du niveau de vie de chacun. Pour mes modestes besoins et ma quête de sobriété, cela me suffit tout en me laissant du temps pour d’autres choses très importantes à mes yeux : écrire, lire, me cultiver, rendre service, militer pour un monde plus sobre et compatible avec les limites planétaires, plus respectueux du vivant, pour un revenu universel, etc.

    Il est assez clair qu’un.e autre gérant.e de la détanque pourrait gagner beaucoup plus et réduisant les coûts et industrialisant la distribution, mais ce n’est pas mon objectif.

  • Je paye quoi quand je paye une détanque ?

    Allons encore plus loin dans la transparence et la pédagogie !

    Le graphe ci-dessous donne une répartition moyenne annuelle du prix d’une détanque, petite ou grande. Pour rappel, vous trouvez ici la liste des artisans de la détanque.

    Répartition prix détanque
  • C'est cher la détanque non ?

    Voici une question qu’il m’arrive d’entendre quand je suis sur des évènements. Examinons cette affirmation.

    Pour commencer, il est indéniable que la somme de 60 € pour un grand jeu est importante pour quelqu’un qui a des revenus modestes. Un peu moins pour le jeu mini à 30 €.

    Voici cependant quelques questionnements qui permettent de relativiser : 

    • Est-ce “cher” de payer 60 € pour un jeu qui va durer plusieurs années ?
    • La détanque est Made in France, 0 plastique, 0 déchet.
    • La détanque paye ses cotisations sociales en France (quid des GAFA ?).
    • 60 €, c’est aussi (seulement) 3 boules de pétanque de qualité ou une boîte d’un “gros” jeu de société.
    • 60 €, c’est aussi tout un tas de produits Made in “Ailleurs” qui peuvent tomber en panne quand ils le veulent.
    • La détanque fait vivre en majorité ses sous traitants, les revendeurs et l’État (voir graphe ci-dessus).
    • Tout produit au prix anormalement bas cache forcément quelque chose : un process industrialisé, une sur-exploitation des ressources, des pollutions non traitées, des conditions de travail non acceptables, une faible protection sociale, etc.

    En résumé, tant que notre modèle économique est basé sur la “consommation”, mettre 60 € dans la détanque, est (selon moi) une très bonne chose. J’espère que vous en serez d’autant plus convaincu.e en lisant cette page !

  • Pourquoi ne pas vendre moins cher en direct ?

    A prix constant, il apparait à la lecture du graphe que ma marge est meilleure quand je vends en direct. Même si c’est théoriquement possible, il est néanmoins très rare que je fasse des remises et ce pour 2 raisons :

    • d’une part car la quantité de jeux est limitée et que je ne vends que 15 % en direct. La vente directe est donc mon “matelas” de base sur lequel je dois compter, un peu comme la “part fixe” d’un salarié,
    • d’autre part, je ferais de la concurrence à 85 % de mes propres clients, les magasins !

    C’est pour cela que la détanque n’est jamais remisée sur le présent site internet. 
    Les seuls cas où je fais une remise en direct sont pour des quantités importantes et lors d’évènements en présentiel où l’on peut se croiser.

  •  

  • Pourquoi ne pas faire les frais de port gratuit si la marge est meilleure en vendant en ligne ?

    Très bonne question que je me suis moi même posée. Voici les raisons pour lesquelles j’ai choisi de faire payer les frais de port : 

    • participer aux frais de port revient à reconnaître le travail réalisé par les livreurs, qui ont le métier le plus ingrat qui soit : stress, cadences infernales, “obligation” de rouler vite, sans parler du fait qu’ils sont souvent les “défouloirs” des clients mécontents que leur colis arrive en retard,
    • cela revient également à reconnaître le travail que je réalise en préparant les colis, car ils ne se font pas tous seuls 😉
    • d’une manière générale, participer aux frais de port est la contrepartie d’une machinerie complexe et invisible, très gourmande en pétrole importé,
    • ne pas mettre de frais de port défavoriserait les boutiques indépendantes qui sont aussi mes clientes. Si vous avez un revendeur de la détanque près de chez vous, il doit être plus intéressant financièrement de vous y rendre et l’acheter sur place. Vous participez en plus à la vie de votre ville,
    • le coût réel des frais de port est en réalité supérieur à celui affiché sur le site. Leur montant a été choisi pour que je n’y perde pas trop et qu’il soit également raisonnable pour vous. Ils sont toutefois offerts à partir de 130 € d’achats,
    • enfin, sachez que sur l’immense majorité des boutiques en ligne, les frais de port systématiquement gratuits cachent des tarifs négociés aux plus bas (au détriment des conditions de travail) et/ou des marges suffisamment importantes pour se le permettre.

    En conclusion, il est important de garder à l’esprit que l’industrie de la logistique est très consommatrice d’espace et 99 % dépendante du pétrole lui même importé à 99 %. Un effort est fait pour proposer des tarifs d’envois raisonnables sur le site en rognant un peu sur la marge. Mais proposer ce service gratuitement reviendrait à nier l’existence de ces enjeux environnementaux et climatiques très importants.


  • Pourquoi la part des magasins est-elle la plus importante ?

    Pour répondre à cette question, faisons comme si vous aviez créé un jeu de société et que vous vouliez le vendre à un magasin qui se chargera ensuite de le revendre à ses clients. Pour “entrer” dans un magasin de jeu, vous devez pouvoir lui proposer une remise qui correspond à celle du secteur. Si cette remise n’est pas assez importante, le magasin ne peut pas se permettre de vous l’acheter sinon il le revend à perte. Sachez que les marges du secteur du jeu en magasin ne sont pas les plus mirobolantes, notamment par rapport au prêt à porter. 

    Ensuite, c’est essentiellement car les magasins ont des charges importantes que leur marge est (relativement) plus importante : des loyer élevés de locaux souvent situés au centre ville, des salariés pour permettre une large plage d’ouverture, des frais fixes, le stock, les assurances, etc. Bref, tenir un magasin est finalement une responsabilité importante.

    N’oubliez pas non plus que c’est leur présence qui rend nos villes agréables à parcourir. Nous avons tous constaté pendant la crise du Covid-19 l’importance de ces commerces de proximité qui font vivre nos centres-villes.

    Si vous avez encore des interrogations, le mieux sera de poser à votre vendeur.euse de jeux préféré.e les mêmes questions que sur la présente page 😉


En résumé, quel que soit le canal, acheter un jeu de détanque revient à donner son argent pour préserver le paysage de droite sur cette photo !

Quel paysage préférez vous ?